Agri Ressources, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > FERTISOLS > Etat des lieux - Connaissances > La fertilité chimique > La capacité d'échange cationique

La capacité d'échange cationique

Flux RSSImprimer la page

La Capacité d’Echange Cationique, la CEC, est un paramètre important de l’analyse de sol et permet de connaître le pouvoir fixateur du sol vis-à-vis des cations. Elle mesure le nombre
total de charges cationiques qu’une masse de terre donnée peut retenir à l’état échangeable par des liaisons faibles de type électrostatique, sur son complexe adsorbant dans des
conditions connues de pH, de concentration et de nature de cations et anions présents. Plus la CEC sera élevée, plus les cations seront susceptibles d’être stockés par le sol. C’est le réservoir de fertilité chimique d’un sol.
C’est un paramètre très lié à la nature du sol. Elle résulte des charges négatives situées à la surface des argiles et des matières organiques.
Elle est également dépendante du pH et de la nature des argiles.

A découvrir dans cette  fiche :

 

Pour approfondir  : 

 

La capacité d’échange cationique (CEC) des sols peut être définie comme le potentiel d’un sol à retenir des cations susceptibles d’être échangés avec la solution du sol : Ca++, Mg++, K+, Na+, H+ (protons), Al+++. Ce sont principalement les argiles et des matières organiques qui constituent ces supports de cations potentiellement mobiles. Des échanges permanents se réalisent entre ce stock de cations présents en phase solide mais mobiles, et ceux de la solution du sol. Très schématiquement, plus un sol possède une CEC importante, plus il est naturellement « fertile » au plan chimique, la réserve des cations utiles pour la plante étant importante. À l’inverse, plus la CEC d’un sol est faible, moins le réservoir de cations disponibles est important et plus le risque d’entraînement en profondeur de cations apportés par la fertilisation est grand.
"La distribution des teneurs en phosphore dans les sols de la grande région AURA montre très clairement des effets locaux. Les sols des zones d’élevage sont plus pourvus que ceux des zones de grandes cultures. Il s’agit de phosphore essentiellement d’origine organique, lié aux épandages d’effluents." Extrait du rapport, Gis Sol. 2011. L’état des sols de France. Groupement d’intérêt scientifique sur les sols, 188 p

 

 

 

 

     

    EN SAVOIR PLUS

    Mesure de CEC et et de Cations, échangeables par une solution cobaltihexamine saturée en carbonante- COMIFER/GEMAS