Agri Ressources, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > COUVERTS VEGETAUX > Les couverts pour sécuriser la conduite de l'exploitation > Conservation des sols > La destruction de ce type de couvert

La destruction de ce type de couvert

Flux RSSImprimer la page

Les principales techniques

En agriculture de conservation, les couverts sont détruits sans recours au labour, voir sans travail du sol.

On peut dissocier deux types de destruction selon le mode d’implantation de la culture suivante :

En semis direct, les rouleaux type Faca, sont intéressants pour dévitaliser le couvert sans travailler le sol et semer en direct dans le sens du roulage. Ils seront cependant efficaces seulement sur des couverts très développés et fragiles comme des céréales à floraison ou des légumineuses développées et à port dressé (féverole par ex). A l’inverse, ils n’auront aucune efficacité sur des petits couverts, volubiles (vesce, graminées) ou des repousses de céréales ou du colza peu développé. En bio, cette technique devient très aléatoire. En effet le glyphosate (ou les désherbants de la culture suivante) reste souvent incontournable, tout en diminuant la dose, pour gérer notamment l’enherbement présent dans le couverts ou des repousses. Il faut ensuite gérer la dégradation et la masse de ce couvert non broyé lors du semis.

En travail simplifié (TCS), la destruction mécanique est associée à un travail du sol, sans pour autant avoir recours au labour. Les outils utilisés sont des rouleaux mulcheurs (dynadrive ….), outils à dents (scalpeurs, chisel …), déchaumeur à disques indépendants, ou encore des combinés disques/dents. Selon les outils et les réglages, les profondeurs de travail varient de 5 à 25 cm et peuvent nécessiter plusieurs passages (en combinant ou pas les outils).

Les outils à disques seront beaucoup plus adaptés pour « découper » ou « détruire » un couvert non broyé.

Des rouleaux mulcheurs, travaillant à moins de 10 cm ou des outils à disques (travaillant à plus de 15 cm), peuvent détruire le couvert sans broyage. Si le couvert est très développé, un 2ème passage sera cependant bénéfique.

Un passage d’outils à dents nécessitera très souvent une destruction préalable (broyage, disque …) d’autant plus si le couvert est développé.

Après un simple broyage, les scalpeurs, rouleau hacheur et déchaumeur à disques donnent de bons résultats tout en limitant le travail du sol (7 à 10 cm de profondeur).

L’utilisation de la charrue déchaumeuse, s’apparent à un labour « agronomique » dans le mode de destruction. Si  le couvert est très développé, un broyage ou outil à disques préalable, est fortement recommandé.

Les alternatives au glyphosate

En agriculture de conservation, le glyphosate n’est pas systématique ou peut être utilisé à dose réduite, afin de détruire le couvert et/ou gérer l’enherbement spontané.

Dans certaines situations, on peut contourner son utilisation impliquant cependant d’autres désherbants (anti graminées par ex, désherbant mais …).

Sans travail du sol ou « report » de désherbants, ils n’existent pas à ce jour de moyens fiables et sécurisant pour se passer totalement du glyphosate : le vinaigre ou encore le Beloukha® (http://agriculture-de-conservation.com/BIO-HERBICIDE-NON-SELECTIF-LE.html) ne s’avèrent pas assez efficaces.  Le désherbage électrique, non démocratisé, reste encore trop couteux sans évoquer les effets néfastes supposés sur la vie du sol.

Malgré cela, les expérimentations dans ce sens continuent comme le montre les travaux réalisés par l’ISARA ou par des agriculteurs (cf. travaux du groupe 30000 de l’Isère) synthétisés dans les ressources ci-après.