Agri Ressources, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > De nouvelles espèces pour l'enherbement des vignes en région méditerranéenne : quels compromis, entre perennité et concurrence pour les ressources

De nouvelles espèces pour l'enherbement des vignes en région méditerranéenne : quels compromis, entre perennité et concurrence pour les ressources

Flux RSSImprimer la page

De nouvelles espèces herbacées, a priori peu concurrentielles et/ou adaptées à un enherbement sous le rang de vigne, ont été implantées dans un réseau de 15 parcelles sous influence méditerranéenne. L’objectif de ce réseau était de tester l’adaptation de ces espèces dans des conditions pédoclimatiques variées et d’évaluer leur impact sur la vigne. Les espèces testées se sont bien implantées, mais les espèces annuelles ont généralement disparu au bout de 2 ans.

La concurrence exercée par l’enherbement s’est généralement traduite sur la vigne par une diminution de du développement végétatif et dans une moindre mesure par une diminution du rendement. Les espèces annuelles, qui disparaissent tôt en cours de saison, ont été les moins concurrentielles, en particulier les légumineuses. Ces dernières ont la capacité de fixer l’azote atmosphérique et d’améliorer le statut azoté de la vigne.
Malgré ces effets positifs, la faible pérennité de ces types de couvert limite leur intérêt technico-économique. Quant à la problématique de l’enherbement sous le rang, l’Epervière piloselle (Hieracium pilosella) s’est révélée assez concurrentielle, mais répondant bien aux caractéristiques recherchées sous le rang : un bon taux de couverture et un port couvrant et rasant.