Agri Ressources, retour à la page d'accueil

Fiche de synthèse : Les objectifs des couverts

Flux RSSImprimer la page

Le couvert végétal est généralement implanté durant l’interculture, période entre deux cultures principales. Cette période peut varier de quelques semaines (entre 2 céréales d’hiver) à plusieurs mois (entre une céréale d’hiver et une culture de printemps par exemple). Il est constitué d’une espèce ou d’un mélange d’espèces. Leurs atouts agronomiques sont nombreux, il faut savoir en tirer avantage en se donnant les moyens de la réussite de leur développement.

Différentes dénominations

Selon sa finalité, le couvert végétal sera nommé :  

  • Culture intermédiaire Piège à Nitrates (CIPAN) : terme employé dans le cadre de la réglementation des « Zones vulnérables »
  • Culture dérobée : la partie aérienne de ce couvert sera récolté pour un intérêt fourrager ou pour un revenu complémentaire
  • Couvert agronomique : la fonction de ce couvert sera de protéger et de nourrir le sol
  • Couvert vivant : terme utilisé en agriculture de conservation des sols pour maintenir une couverture permanente sans nuire à la culture de vente
  • Culture Intermédaire à Valorisation énergétique (CIVE) : le couvert sera utilisé pour produire de l’énergie verte dans un méthaniseur par exemple
Les principales fonctions

Selon l’objectif recherché, certaines espèces présentent plus d’intérêts que d’autres :

  • Réduire le salissement avec des espèces couvrantes et concurrentielles (moha, Radis fourrager, phacélie)
  • Lutter contre l’érosion avec les graminées et leur système racinaire fasciculé
  • Améliorer la structure du sol avec des espèces aux racines pivotantes (féverole, radis)
  • Piéger les nitrates avec les crucifères et la phacélie
  • Restituer une partie de l’azote prélevée à la culture suivante, avec les légumineuses
  • Produire du fourrage (avoine, millet, moha, trèfles)
  • Produire de la biomasse énergétique pour développer une énergie verte et locale (sorgho, moha, mélanges graminées-légumineuses d’hiver)
  • Améliorer la vie du sol (légumineuses)
  • Assainir le sol par rapport à certains ravageurs (sorgho et moutarde /  nématodes)

Il n’y a donc pas un couvert « idéal » mais des couverts à concevoir en fonction des objectifs et besoins recherchés et des conditions agronomiques, pédologiques et climatiques locales.

Les mélanges donnent généralement les meilleurs résultats. Ils s’adaptent mieux aux conditions de l’année et valorisent les synergies entre espèces. Ils permettent aussi de répondre à plusieurs objectifs en même temps.